Livraison standard et retour offerts en France
UN MODÈLE, UN ARBRE

Sauvons nos océans du plastique

12 MILLIONS

De tonnes de plastique sont déversées dans nos océans, chaque année

Plus de 40%

Ne sont utilisés qu’une fois, avant d’être jetés
(Source : National Geographic)

 

Beaucoup d’entre nous connaissent déjà ce problème et nous avons tous déjà entendu parler des continents de plastiques où ce que l’on appelle aujourd’hui des Gyrs ou des vortexs. Nous ne désirons pas vous noyers de chiffres, qui sont malheureusement trop nombreux et alarmants. Nous allons vous faire découvrir la fabrication de notre matière issue des déchets plastiques mais avant nous souhaitons vous emmener avec nous, à plonger, vous évader et explorer les profondeurs de nos océans.



Combattre la pollution plastique

Les océans constituent plus de 70% de la surface de la Terre et représentent 99% des espaces habitables (en volume). Ce monde marin imperceptible pour la plupart d’entre nous, encore méconnu et pourtant aux origines de la vie. Sous sa surface abrite une incroyable diversité d'espèces, de paysages majestueux, une véritable richesse de biodiversité.

Le problème des océans, c’est que nous ne les voyons pas, donc nous n'y pensons pas. Et pourtant aujourd’hui, nous sommes à l’origine de leur effondrement. Pollution plastique, destruction de l’habitat, changement climatique. Depuis bien longtemps, nous les avons considérés comme une ressource inépuisable mais aussi comme une immense décharge. Les causes principales de leur destruction sont dues à la surpêche et à la pollution. La majorité des déchets plastiques migrent et s’acheminent dans nos océans. Mettant ainsi en danger de nombreux écosystèmes marins ainsi que notre équilibre. C’est devenu un véritable enjeu de santé publique internationale car il n’existe aucune frontière pour se protéger de cette pollution. Alors même que nous n'avons pas pris le temps de connaître les profondeurs marines, nous les détruisons. Nous explorons plus l’espace que cet univers bleu présent sur Terre et qui regorge de vie. Au-delà de 200 mètres de profondeur, notre connaissance actuelle des fonds marins ne représente même pas 10%.

Notre souhait, vous donnez envie d’agir pour le préserver.



Les espèces marines aux super-pouvoirs

 

Les animaux marins sont de merveilleuses espèces, dotées de facultés parfois insoupçonnées. Qu’ils puissent émettre de la lumière, se transformer, se régénérer, ils ont beaucoup à nous apprendre.

  •  La crevette-mante religieuse, cette petite crevette mesure entre 3 et 30 cm. Niveau puissance, ce petit crustacé bat tous les records. Il dispose d’un mouvement des plus rapides du monde animal. Sa puissance de frappe est de 80km/h, ce qui équivaut à une balle de fusil. Avec cette puissance, la crevette-mante religieuse serait par exemple capable de briser la vitre d’un aquarium.

  • Le saumon rouge, ce poisson est doté d’un sens incroyable. Il peut voyager jusqu’à 6 000 km et retrouver sa trajectoire. Ceci est en partie due à sa mémoire, à sa capacité d’ancrer la puissance du champ magnétique de son cours d’eau d’origine. Cela lui permet de regagner la rivière exacte dans laquelle il est né, afin qu’il puisse se reproduire.

  • Une méduse est dite d’immortelle. Sous son apparence fragile, la méduse est pourtant très robuste et s’adapte facilement aux conditions environnementales. Avant de mourir, les cellules de cette petite méduse sont capables de se régénérer et de revenir à l’état d’un polype. Ainsi elle recommence son cycle de vie.

  • La pieuvre, une espèce talentueuse et dotée d’une impressionnante intelligence. Pour échapper à ses prédateurs, elle est capable de changer d’apparence en modifiant sa forme et sa couleur, afin d’imiter l’aspect d’autres animaux. La pieuvre est dotée de 9 cerveaux, 3 cœurs et 8 bras.

    Il y a tant d’animaux marins dotés d’incroyables super-pouvoirs.



Les innombrables bénéfices de l’océan

Savez-vous que l’océan est omniprésent dans nos vies. Il nous apporte la plupart de nos ressources vitales. Voici quelques exemples parmi tant d’autres.

  • L’eau potable que nous buvons provient de nos océans. Cette même eau que nous utilisons pour faire cultiver les aliments, faire la cuisine, dans notre salle de bain, dans la fabrication de nos textiles, de nos appareils électroménagers, elle est partout.
  • Aller à la station service, un geste quotidien pour la plupart d’entre nous et pourtant, là aussi, l’océan est présent, puisque la production de pétrole et de gaz offshore représente ⅓ de l’approvisionnement énergétique mondial.
  • Regardons autour de nous, la majorité des bâtiments sont conçues à partir de sable, pas celui des déserts, mais là encore, celui des fonds marins.
  • Les énergies renouvelables, telles que les éoliennes fonctionnent elles aussi, grâce aux océans, car leur fonctionnement dû aux vents, provient des vagues et des marées.
  • Le monde marin a permis de multiples découvertes : conception de nouveaux médicaments destinés à soigner les êtres humains, mais aussi, dans le secteur des cosmétiques.


L’océan régule le climat

  • Il protège les côtes par les récifs coralliens, les dunes et les forêts de mangroves.
  • Il maintient la pureté de l’eau en décomposant les nutriments des eaux usées et de l’agriculture qui pénètrent dans la mer.
  • Il régule le climat par le transport de la chaleur. Celle-ci circule à l'aide des courants océaniques et l’échange de chaleur entre l’eau et l’atmosphère.


L’océan est aussi un important puits de carbone, puisqu’il absorbe près de 30% de nos émissions de CO2.
Alors, que nous soyons proches ou éloignés, l’océan, parfois imperceptible ou parfois méconnu, est omniprésent dans nos vies.



Agir pour protéger nos océans de la pollution plastique 

 

Le déclin de l’océan. Nous le détruisons, l’épuisons et le réchauffons. La menace climatique affecte et transforme nos océans. Nous savons par exemple que l’eau froide absorbe davantage de CO2. Seulement l’océan se réchauffe. Nous associons souvent le réchauffement climatique comme un problème essentiellement lié à la température de l’air. Il s’agit notamment de la température de l’eau. Une augmentation de celle-ci, de 1 à 2°C bouleverse particulièrement l’environnement des coraux, vitaux à la biodiversité marine. Sous l’effet de ce réchauffement, ils blanchissent. Cette modification d’apparence manifeste leur affaiblissement, qui ensuite leur est fatal. Tous ces changements climatiques affectent profondément les océans et déséquilibrent nos écosystèmes terrestres. Si nos océans sont malades, notre planète est malade. 

Toutes les ressources essentielles pour que nous puissions vivre sont disponibles grâce à nos océans : nous pouvons boire, nous nourrir, nous déplacer, nous loger, mais aussi l'oxygène que nous respirons, puisque l’eau régule le climat.

Alors, nous devons agir, afin de préserver et restaurer le monde marin. Nous devons utiliser avec justesse les ressources océaniques. Pour sauver la vie aquatique de la pollution plastique, notre pouvoir en tant que citoyen réside dans nos choix de consommation. Tentons toutes les solutions possibles. Choisir moins de plastique est un geste simple. Si nous ne souhaitons pas de plastique, ne l’achetons pas, refusons-le. Privilégions une alimentation d’origine végétale. Et bien sûr, partager et sensibiliser toutes les générations, toutes les personnes de votre entourage.
Être informé, nous donne la possibilité et la volonté d’agir en ce sens.


Une matière issue de plastiques repêchés de nos océans

 

Notre volonté de contribuer à lutter contre la pollution des océans et plus particulièrement contre la pollution plastique, réside également dans le choix de nos matières. Nous avons sélectionnés une matière qui donne une nouvelle valeur aux déchets marins. Elle se trouve dans la doublure de nos sacs à main. Cette matière est réalisée à partir de déchets plastiques repêchés de nos océans.

 

Comment cette matière est-elle fabriquée ?  

 

Lors du nettoyage des océans, les déchets marins trouvés au fond et à la surface des océans, ou entrant dans les océans via les rivières et les estuaires sont collectés.
Ils sont pris en charge par des sociétés de gestion des déchets qui les acheminent vers des centres de tri agréés. Les déchets sont triés en différents types de matériaux, d'un côté le plastique et d'un autre les déchets non-plastiques. Le plastique est trié en différents types de polymères. Chaque type de polymère est ensuite compressé en « balles » (un gros bloc) pour le transport. Les « balles » de bouteilles en PET sont ouvertes et les bouteilles sont déchiquetées en petits morceaux (« flocons »). À ce stade, d'autres matériaux tels que les bouchons de bouteilles, les étiquettes, les colles, les déchets résiduels, tels que le sable, sont retirés et séparés lors du processus de lavage. Les « flocons » 100% PET lavés sont envoyés à un fabricant. Le fabricant mélange les flocons de PET issus des déchets marins avec des flocons de PET post-consommation provenant de sources terrestres. Les « flocons » mélangés sont chauffés jusqu'à ce qu'ils soient fondus, où de longs « fils » ressemblant à des spaghettis sont formés puis coupés en petites longueurs ou « copeaux ». Ils sont alors envoyés au fabricant de fils agréé. Le fabricant fond le polymère pour le transformer en fils. Ce sont des milliers de fils fins qui sont produits, entre 34 et 134 fils fins sont utilisés pour créer un seul fil, plus épais et robuste. Les fils alors combinés sont enroulés sur une bobine à très grande vitesse (environ 300km/h). Les bobines sont ensuite transportées vers le fabricant de texturation, où le fil est texturé, puis il est expédié aux fabricants de textiles. 

Même si réutiliser les déchets plastiques est une solution, il ne faut pas uniquement compter dessus. Remettre l’humain au cœur des solutions, au cœur du changement et prendre conscience de nos modes de vie et de consommation a bien plus de pouvoir.

Nos choix de consommation restent la meilleure solution pour lutter contre la pollution plastique.

Article précédent

Ajouter un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés